Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


MOÏSE

Publié par Helena Myrafiori sur 11 Juin 2014, 16:24pm

MOÏSE

Quand Moïse eût conduit son peuple en Terre Promise, il pensa, à juste titre, que sa mission était arrivée à son terme, et que, désormais, chacun des membres de la communauté devait remplir la sienne.

Dans ce but, il rassembla toutes ses ouailles et leur tint un discours sans complaisance :

"J'ai accompli ce que l'on exigeait de moi en suivant strictement les commandements de l'Eternel. Mais, à présent, je suis las et j'ai besoin de repos. C'est donc à chacun d'entre vous de réaliser la volonté du Père et de suivre son dessein."

Tous entendirent le message et le reçurent tel un ordre divin. Tous, sauf un, un jeune berger dont la seule préoccupation était de trouver un pâturage pour ses bêtes. L'affaire n'était pas simple et prenait une grande partie de ses journées. Alors quand Moïse parla de mission... aussi vaste fût elle, elle demeura pour lui un mystère sans intérêt.

Un jour, pendant qu'il gardait ses chèvres au somment d'une colline, Moïse s'installa sous un arbre voisin. Il s'allongea à même le sol et s'endormit aussitôt. Le jeune garçon ne s'intéressa guère à lui tant il s'inquiétait pour son troupeau. Or, brusquement, un sifflement aigu résonna. L'enfant se retourna prestement et aperçut un serpent qui se dirigeait vers le patriarche, confiant et abandonné.

D'un mouvement rapide, le pâtre asséna sur la tête de l'animal un violent coup de bâton qui le mit aussitôt hors d'état de nuire. Toute cette agitation tira Moïse de son sommeil. Ouvrant les yeux, il jaugea rapidement la situation et interrogea son sauveur :

"Sais-tu ce que tu viens de faire ?"

"Bien sûr, s'exclama le jeune gardien, je viens de vous éviter une mort certaine."

"Ce n'est pas la bonne réponse" rétorqua le vieil homme, énigmatique.

"Alors j'ai tué un serpent" répondit l'enfant.

"Cherche encore" ajouta le respectable vieillard.

"Je ne comprends pas. Si je n'ai pas épargné à mon Maître une issue fatale, ni occis un serpent, alors qu'ai-je fait ?" poursuivit le berger, de plus en plus perplexe.

"Tu as juste sauvé la vie d'un homme" conclut le vieux sage en s'éloignant.

Le jeune garçon comprit alors la vanité des ambitions humaines et que seule l'humilité était la voie.

COMMENTAIRE

Ce conte a été donné à une femme de bonne volonté certes, mais qui s'était égarée dans les dogmes et les croyances erronées, sans doute par excès d'orgueil. Le message tente de la ramener dans le chemin du bon sens et de la simplicité. Pour cela, il faut se contenter d'être un bon berger et ne pas se prétendre maître ou sauveur du monde...

PISTE DE REFLEXION

Pourquoi Moïse s'endort-il au pied d'un arbre au sommet d'une colline ? Quel en est le symbole très précis ? Quels sont les deux écueils à éviter sur le chemin spirituel ?

OUZBEKISTAN (photo de l'auteure).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kathleen 11/06/2014 18:54

Merci pour ce conte qui est une belle leçon de sagesse et d'humilité pour nous tous qui sommes sur un certain Chemin.

Kathleen 14/06/2014 09:53

Merci pour cette belle clé... En effet, le chemin que nous essayons de suivre est de retrouver cette philosophie plus "humaine" plus dans le Coeur, le Respect, la Tolérance et l'acceptation des différences. Belles pensées

Helena 13/06/2014 23:51

Une petite clé pour les chercheurs. Dans les anciennes traditions, un arbre au sommet d'une colline représentait toujours la Déesse Mère... Si le patriarche s'endort à cet endroit là, c'est qu'il lui laisse à nouveau la place. On sort donc d'un système patriarcal pour rentrer dans un système matrilinéaire. De fait, on abandonne un dogme (l'allégeance à un Maître et le serpent symbole du mal) pour retrouver une philosophie plus humaniste ("un homme").

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents