Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


LES JOURS HEUREUX

Publié par Helena Myrafiori sur 15 Mars 2021, 22:08pm

Alors que le jeune homme dormait profondément, il fut réveillé brusquement par un énorme brouhaha. S'extirpant à grand peine de son lit, il ouvrit en grand la porte de sa demeure et se retrouva nez à nez avec des soldats qui haranguaient les habitants avec force invectives. Quand, les cheveux ébouriffés et le visage encore fripé par une nuit de sommeil, le jeune homme apparut sur le seuil, d'un seul coup, tous firent silence. Celui qui semblait être le chef du bataillon déclara :

" Voilà exactement ce qu'il nous faut : un beau gars bien bâti, dans la force de l'âge et suffisamment naïf et docile pour exécuter tous les ordres sans broncher !"

Tous s'esclaffèrent tant il est vrai que le jeune homme en question avait l'air simple et pour tout dire un peu benêt. Ce dernier ne s'offusqua pas des quolibets mais voulut juste savoir de quoi il retournait. Il n'eut pas vraiment le temps de poser la question car deux fantassins le prirent sous les bras et le traînèrent derechef devant un cerbère à l'air revêche, qui consigna sans plus tarder son engagement. On l'affubla d'un uniforme trois fois trop grand pour lui et le voilà devenu conscrit d'une armée dont il ne soupçonnait même pas l'existence le jour précédent.

Sans broncher, il accepta son sort et suivit le mouvement. On lui apprit qu'une guerre faisait rage et qu'il avait l'insigne honneur de défendre son roi, sa patrie et le peuple tout entier. Le jeune homme n'en demandait pas tant et trouvait que cela relevait de la forfanterie, voire de la galéjade. Mais comme il était bien élevé, il suivit à la lettre ce qu'on lui recommandait de faire. C'est-à-dire, obéir...

Au bout d'une semaine, la troupe arriva sur le champ de bataille. Tout avait été organisé en vue d'une victoire et tous se préparèrent à l'assaut, y compris le malheureux jeune homme qui se demandait bien ce qu'il faisait là.... Il s'avança avec prudence au milieu d'un affrontement d'une rare violence mais il n'avait pas fait trois pas qu'il reçut un coup de massue à l'arrière du crâne. Inconscient, il tomba comme une pierre dans un fourré. Et se réveilla sept jours plus tard, ne sachant pas du tout ce qui avait bien pu se passer.

Pendant son long sommeil, tout avait été nettoyé et on ne voyait plus aucune trace du combat sanglant qui avait eu lieu. Les morts avaient été enterrés, les blessés avaient été soignés quant aux autres belligérants, ils s'étaient proprement volatilisés. Qui avait remporté la victoire ? A dire vrai, le jeune homme s'en moquait éperdument et voulait juste retrouver sa demeure. Le voyage de retour fut long, pénible et douloureux car plusieurs fois il s'égara et fut obligé de revenir sur ses pas.

Un jour, pourtant, il revit les petites maisons, serrées les unes contre les autres, de son village bien aimé. On l'accueillit comme un héros car il était le seul à être revenu d'entre les morts. On prépara une grande fête à sa gloire, en rassemblant boissons, liqueurs et viandes rôties. On attendait de lui, entre deux verres de vin, qu'il raconte ses exploits. Mais dès les premières gorgées, le brave garçon se mit à ronfler. On le porta précautionneusement dans son lit et les femmes le bordèrent comme l'enfant qu'il était. Tous retournèrent faire la noce en louant le retour de leur héros invincible.

On dit de cette histoire que c'est la plus belle de tous les temps car le mystère demeure et n'est toujours pas dévoilé. Pas de vainqueur, pas de guerre, pas de victoire ni de défaite, rien que des jours heureux qui s'écoulent tranquillement jusqu'à s'étirer à l'infini...          

 

COMMENTAIRE

Ce conte a été donné à un homme qui voulait "sauver le monde"... Le problème est qu'il ne savait pas comment ! Les Guides allaient-ils lui donner une méthode appropriée? C'est effectivement le cas, mais pas du tout celle qu'il attendait... Reprenons le message : un jeune homme dort , se réveille et se retrouve face à une troupe de soldats. Il part à la guerre mais, grâce à un coup de massue, échappe au combat. Au final, il retourne en héros dans son village. 

Le jeune homme est le symbole de l'âme qui s'incarne dans la matière. Au départ, elle dormait dans un monde indifférencié et la voilà arrivée dans celui de la dualité (symbole des soldats). Comment échapper au combat incessant entre la matière et l'esprit ? En recevant un coup de massue sur la tête, c'est-à-dire en s'extirpant du mental. Le jeune homme est un simple d'esprit, il va donc utiliser le langage du cœur. Ce langage va lui permettre de retourner dans "son village", celui du monde indifférencié où règne l'Unité. Pour cette raison, il est un véritable héros. 

Un véritable héros n'est pas un Superman  engagé dans une lutte sans fin, un véritable héros est celui qui se sauve lui même. Ulysse, Hercule n'ont pas sauvé le monde, ils n'ont sauvé qu'eux-mêmes ! A ce propos, vous souvenez vous ce qu'est devenu Ulysse à la fin de son voyage ? Et Hercule, à la fin de sa quête ? Et quel livre a t-il choisi dans la bibliothèque des Dieux ?   

 

Kalamazoo, Michigan (Photo Solène Myran)

 

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Encore merci Helena,
Bien à Toi
Répondre
C
Merci Hélène pour ce partage
Répondre
L
Chaque être peut devenir héros, à tous niveaux, toujours dans l'humilité le parcours de chacun n'est ni enviable, ni détestable, chacun à son rythme, en conscience doit poursuivre son chemin même s'il le juge modeste, l'essentiel est de s'améliorer, dans le respect de soi et des autres
Répondre
H
Il y a aussi le courage car il en faut pour s'incarner ! Le problème est qu'on est englué dans la matière à cause de l'excès du "faire". Il faut "être" avant tout et sortir de la dualité. Le chemin est plus simple qu'on ne croit !
A
C'est toujours un plaisir de vous lire. Merci et Amusez-vous bien.
Répondre
A
Un seul mot : merci...
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents