Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


FRANCE

Publié par Helena Myrafiori sur 9 Juin 2016, 11:14am

FRANCE

Alors qu'il sortait à peine de chez lui, un homme entendit un énorme fracas. C'etait un chêne millénaire que l'on venait d'abattre. Des riverains s'étaient plaints de son ombre grandissante qui masquait la lumière et les empêchait de profiter pleinement de la clarté du jour. De plus, les oiseaux venaient y faire leurs nids et leur tintamarre joyeux avait fini par indisposer le voisinage revendicatif et procédurier.

De guerre lasse, on avait fini par céder et l'arbre, porteur de tant de mémoires et de souvenirs à jamais perdus, avait été sacrifié. L'homme, qui avait assisté à ce massacre, comprit instantanément que le monde, qu'il affectionnait depuis toujours, allait sur sa fin.

Cependant, il sentit qu'une force nouvelle grandissait en lui. Était ce l'arbre qui, au moment de son trépas, lui avait transmis sa puissance ? "Attendons de voir" se dit-il.

Dès lors, les événements se précipitèrent. Alors que, dans un premier temps, tous étaient ravis de leur décision, légitime selon eux, puisque les nuisances des oiseaux et la pénombre honnie avaient totalement disparu, voilà qu'un problème imprévu venait d'apparaître.

Le soleil. Depuis quelques temps déjà, on avait peine à le regarder tant il était aveuglant mais au fil des jours, le problème s'était intensifié. A croire que Dame Nature s'était insurgée contre l'acte inique qu'avait subi le malheureux chêne. Et l'addition était plutôt salée : chaleur torride, épouvantable sécheresse suivies d'inondations terrifiantes et de tremblements de terre cataclysmiques.

L'homme, quant à lui, se contentait d'observer. Et attendait le renouveau. Les gens qui avaient commandité la mort de l'arbre, voilà que maintenant ils réclamaient un peu d'ombre et un peu de fraîcheur ! Ah ! Combien ils regrettaient la ramure du chêne immense qui les protégeait de l'ardeur solaire ! Malheureusement, tout était consommé et il n'y avait guère de retour possible. Ce qui n'est plus, ne peut guère renaître.

A moins que.... A force d'observation et de contemplation, l'homme se rendit compte que quelque chose était en train de se passer dans les profondeurs de la terre. Certes, c'était quasi imperceptible mais la vie reprenait ses droits : une multitude de petits insectes, vermisseaux, vers de terre, labouraient, sans relâche , la glèbe riche et féconde. Et un jour, on vit apparaître un jeune arbrisseau, fragile et vigoureux à la fois.

Mais le plus extraordinaire, c'est que, venue des quatre coins du monde, une foule attentionnée et bienveillante venait, chaque jour, déverser une coupe d'eau au pied du petit arbre. Qui grandissait et se fortifiait au fur et à mesure que l'espoir renaissait au fond des coeurs. Non, rien n'était perdu et même si l'humain s'était un jour égaré, il pouvait reprendre, désormais, le chemin qui mène vers les Cieux.

COMMENTAIRE

Ce conte a été donné à un homme politique qui voulait connaître le futur de la France. Il me semble que la réponse est assez claire...

PISTE DE REFLEXION

Prendre le symbole du chêne pour la France sous-entend que ses racines sont profondément ancrées dans la ruralité et la paysannerie, période où le bon sens dominait. A quoi assistons nous aujourd'hui sinon à l'émergence d'un nouveau monde radical et dictatorial ? Pour imposer une nouvelle pensée dominante -autrement dit la bien-pensance- il faut détruire l'ancien. Mais nul ne connaît aujourd'hui les conséquences dramatiques que cette volonté destructrice pourrait entraîner. On croit tout contrôler mais on ne contrôle rien. Et que dire de nos certitudes...

Cela me rappelle toujours mon oncle vietnamien. Austère, rigide voire dogmatique. Bouddhiste, végétarien dans l'âme. Après des années de guerre et de privations, sa famille a été réduite à manger les bananes de leur jardin, puis les peaux de banane, puis les feuilles et les racines du bananier. Comme la famine persistait, mon oncle a fini par tuer leur buffle et le manger. En temps de paix, il est facile d'avoir des convictions et de s'y tenir. En temps de guerre c'est plus dur...

Le philosophe Michel Onfray parle de trois catégories de personnes : les optimistes, les pessimistes et les tragiques. Ce qui caractérise ces derniers c'est leur lucidité. On peut toujours trouver que tout va mieux mais si on analyse un peu la situation, on peut se rendre compte aisément du chaos généralisé !

En avoir peur ? Pas du tout. En ce qui concerne la France, la solution, comme dans le conte, peut venir de l'étranger. En effet, beaucoup de gens à travers le monde, aiment notre beau pays et feront en sorte que l'arbre ne soit pas définitivement coupé...

NEW ORLEANS (Photo de l'auteure ).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

carnac et Hatchepsout 18/07/2016 11:42

et dire que vous souhaitez abandonner ce blog!
quelle triste fin, emprunt de renouveau....l'arbre et ses racines Héléna!

carnac et Hatchepsout 18/07/2016 11:40

l'arbre à des racines que la raison ignore et qui puise dans nos mémoires nos plus beaux souvenirs...nous avons un ego..tous chacun, mais attention de ne pas confondre cela avec du pouvoir!

david 10/06/2016 14:12

Cela évoque le fait également QUE cette régénérescence dépend également de la collectivité ( l'esprit de groupe ), chaque citoyen est dans son unicité mais comme il s'associe à chacun il devient multiple créant ainsi une force un groupe c'est une des lois universelle reliant l'un au tout. le message est également le fait que cet homme politique doit entendre que la base , le peuple agit et donc qu'il ne dépends pas uniquement que de son action individuelle. le peuple s'éveille et inter-agit car il mature. le peuple est mature et agit de sa pleine conscience vers sa responsabilité. l'humanité grandit de part son émancipation de ne pas dépendre uniquement du système et du pouvoir qu'elle lui attribuée. l'homme prends ainsi son autonomie à l'égard de l'idée et de sa politique, un effort de rencontre collectif est nécessaire mais possible. le peuple est capable et est en cela la leçon de l'homme politique. il est la représentation de la citoyenneté. deuxième point ce conte nous montre que la nature est notre compagnon , notre allié et sans fausse modestie notre véritable maître.... alors il est temps que le politique prends acte en la capacité du peuple. Et pour finir nous apprenons de nos leçons.....

Helena 09/06/2016 18:04

Merci de vos partages et commentaires. Brûler l'ancien pour favoriser le renouveau ? Il n'y a qu'à voir ce qu'a donné l'agriculture moderne. On a supprimé les haies, les bocages créés par les anciens afin de retenir l'eau et prévenir l'érosion des sols. Avec l'apparition de la culture intensive, les inondations et autres catastrophes dites naturelles sont monnaie courante aujourd'hui. Les Anciens n'auraient jamais construits leur maison dans le lit d'une rivière, eux !
Là, où dans ce conte, vous voyez de l'espoir, je vois aussi une mise en garde. Ce sont quand même des esprits malveillants qui veulent la mort de l'arbre ! Le problème est qu'ils y parviennent. Et le jeune arbrisseau est le symbole de la génération future. Autant dire que la reconstruction sensée du monde va prendre beaucoup de temps...
Je suis d'accord avec Kemosabe en ce qui concerne Michel Foucault. Ce penseur moderne haïssait son père et il voulait, de fait, détruire le monde qu'il représentait. Toutes les outrances de notre époque viennent de son désir de tuer le père.

Kemosabe 09/06/2016 16:05

Ce conte donne des indications très précieuses qu'il est bon de relever. C'est sous un chêne que Saint Louis rendait la justice et cet arbre est aussi un symbole celtique. D'une certaine manière, aujourd'hui, on veut nier cet héritage millénaire et le remplacer par des valeurs hors sol, fondées sur la pensée de Michel Foucault. L'eau que l'on verse au pied de l'arbre est l'hommage rendu de l'ère du Verseau, plus féminine et matriarcale, à l'ère des Poissons, masculine et patriarcale. Quand nous saurons rendre à César ce qui appartient à César, tout ira mieux. Observons, contemplons...

david 10/06/2016 14:24

la valeur, l'arbre parfois meurs et se donne parfois, mais son essence demeure puisque il se transmet à l'observateur ( l'éveillé ). D'ailleurs celui-ci n'est il pas le garant de la continuité, du changement ,le jardinier laissant aux citoyens d'agir en nourrissant le future l'arbuste ? il est d'autant plus fort que la collectivité adhère à sa croissance l'effort collectif... c'est de bonne augure.

Danielle 09/06/2016 11:22

Bonjour Hélène, je trouve ce conte extraordinaire et porteur de beaucoup d'espoir. En effet il faut bruler l'ancien pour que le nouveau s'installe et même si le chaos semble régner ,cela augure l'arrivée de la lumière... Belle journée à tous.

Jean-Claude 09/06/2016 10:44

Merci Hélèna pour ce comte si réaliste et qui me parle beaucoup, en tout point. Belles journées à toi et à tes proches ....

Kathleen 09/06/2016 10:22

Hélène ce conte est un vrai bijou. Qu'un politique en a fait la demande donne un espoir pour l'avenir. Couper un chêne, pour moi c'est en effet de la Dictature. La nature parle d'elle même en ce moment

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents