Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


FORZA VITALE

Publié par Helena Myrafiori sur 1 Mars 2016, 18:33pm

FORZA VITALE

Près d'une rivière, un paysan avait planté un verger dont l'opulente production attirait bien des oiseaux. Au retour du printemps, tous les fruitiers se couvraient de fleurs odorantes, que la moindre brise dispersait aux quatre coins de l'horizon.

Or, parmi tous ces arbres, il y en avait un qui ne donnait rien : pas de fleurs et encore moins de fruits. Eu égard à cette situation dramatique, le malheureux se sentait bien misérable. Souvent, il éprouvait de la honte et son infortune le taraudait sans que jamais son tourment ne cesse. Mais ce qui le faisait vraiment souffrir c'était son inutilité. Il avait, certes, remarqué que le paysan venait souvent s'asseoir à l'ombre fraîche de sa ramure, mais il ne tirait ni gloire ni honneur de cette prédilection.

Ah ! Combien il admirait ses compagnons qui ployaient sous le poids des fruits gorgés de soleil! Les enfants venaient, en riant, remplir leurs paniers ou leurs bouches gourmandes de délices sucrés, cueillis à même les branches et aussitôt engloutis ! Mais, lui, qu'avait-il à leur offrir sinon sa funeste stérilité ?

Pourtant, l'arbre avait remarqué que, souvent, les enfants, à la fin de la journée, faisaient une ronde autour de son tronc, en chantant des comptines entraînantes. Mais il avait décidé d'ignorer leurs yeux pleins d'étoiles et continuait de se lamenter sur son triste sort.

Il finit par espérer qu'une foudre libératrice viendrait, un jour, l'affranchir de son destin si cruel et le transformer en cendres. C'était sans compter sur les oiseaux, qui l'avaient élu pour abriter leurs nids, d'où jaillissaient à la fois, la vie et l'espérance. L'arbre s'étourdissait, parfois, à la vision de ce ballet incessant de plumes colorées et de trilles joyeuses.

Ce spectacle enchanteur finit par agir sur lui et la vision qu'il avait de lui-même évolua au fil du temps. Il se méprisait moins et entrevoyait petit à petit ses qualités. Quand le vent rugissait, il était le seul à ne pas se courber sous des assauts vengeurs. Et c'était sur son tronc que les amants venaient entrelacer des cœurs, témoins éternels de leur amour.

Les oisillons grandissaient et, un jour, prenaient leur envol à partir de ses branches à la fois souples et robustes. Quelle fierté, alors, naissait au plus profond de lui !

Un jour, il prit conscience de ce qu'il était vraiment. Certes ses fleurs et ses fruits étaient insignifiants mais la sève dont il était pourvu, donnait à tous ceux qui l'approchaient des forces nouvelles. Pour cette raison, il était adoré, admiré, honoré, adulé.

Mais, depuis toujours, n'est-il pas le Roi de la forêt ? N'est-il pas le chêne vigoureux qui peuple nos rêves et nourrit nos légendes ?

COMMENTAIRE

Ce conte a été donné à une femme qui n'avait pas du tout conscience de ses qualités. Elle ne voyait en elle que ses défauts et ne se rendait pas du tout compte de la force qui l'animait. En effet, sa vie était jalonnée d'épreuves mais elle les avait toutes surmontées. N'était-ce pas la preuve de sa valeur ? Le fait de lui raconter cette histoire lui a redonné confiance en elle. Dans un prochain post, je donnerai un deuxième conte la concernant et on pourra voir son évolution...

PISTE DE REFLEXION

N'avons-nous pas tous le même travers de croire les autres meilleurs que nous ? Plus qualifiés ou plus vertueux ? Quelle est la meilleure méthode pour sortir de cette croyance erronée ? Pourquoi le symbole du chêne ?

GARD (Photo de l'auteure).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elodie 09/03/2016 23:17

Merci Helena, pour ces contes partagés.
Je crois que la meilleure méthode pour sortir de la croyance erronée que nous sommes plus ou moins que notre voisin, ce serait tout simplement de cesser toute comparaison, de cesser de se comparer aux autres, et par là-même de cesser de comparer les uns aux autres.

france 04/03/2016 15:08

C'est humain, nous pensons souvent que l'autre est meilleur que nous. Mais il faudrait s'accepter tel que l'on est , chacun de nous a des qualités que n'a pas l'autre et inversement. pourquoi toujours désirer ce que l'on a pas et passer à côté de ce qui est essentiel. ETRE , une VERITE et non le pâle reflet de quelqu'un d'autre ? A nous de découvrir notre richesse. Accepter nos différences .

OUI, le chêne est symbole de la force, mais attention !!! dans notre bois, le chêne est un très mauvais voisin, il ne supporte pas la diversité. Cela nous renvoie aussi à la fable du "chêne et le roseau ".......Gare à l'inflexibilité du chêne. Elle lui a été néfaste.

Isabelle 01/03/2016 18:59

La lumière de l'autre ne brille jamais plus que la nôtre! Et oui, le chêne est le symbole de la force, la force vitale. Les enfants , le paysan s'y régénèrent et les oiseaux y font leur nids dans le même but....Merci Hélèna de nous permettre de nous en souvenir par ce conte...Voyons la suite!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents