Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


LAGUNITAS

Publié par Helena Myrafiori sur 31 Août 2015, 20:37pm

LAGUNITAS

Avant de reprendre le cours normal de mon blog (les contes), je voudrais achever en votre compagnie mon périple américain. C'est un pays surprenant dans la diversité de ses paysages et la richesse créative de ses habitants.

Cependant, beaucoup de choses m'interpellent dans le fonctionnement de la vie sociale. Je vais prendre pour exemple "LAGUNITAS ". Tout amateur de bières se doit de connaître cette marque légendaire.

Un jour, mon gendre décide de nous emmener visiter l'usine de fabrication qui se trouve dans le sud de Chicago. Ce n'est pas l'endroit touristique auquel je penserais en premier, mais bon, soyons ouverts d'esprit et allons-y !

Première surprise : en partant du nord de Chicago, pour se rendre dans le sud, il faut déjà une bonne heure de bus. Après l'opulence des quartiers des classes moyennes, les maisons cossues, les jardins à l'anglaise, les boutiques prospères, le sud de la ville paraît plus "dépouillé ". Doux euphémisme pour dire ravagé, abandonné, misérable. Il nous a fallu marcher encore une bonne demi-heure pour arriver à destination. Marcher dans le quartier le plus dangereux de Chicago, autant dire un des quartiers les plus dangereux des USA, voire du monde, il faut être inconscient ou téméraire. Les voitures qui passent à notre hauteur, ralentissent immanquablement et les conducteurs nous dévisagent avec animosité. Plus tard, nous avons appris que l'oncle d'une amie y avait été égorgé la même semaine que notre escapade.

Arrivés devant l'usine, stupéfaction ! Il y a déjà une longue file d'attente et je me demande l'intérêt de visiter cette brasserie, vu son architecture tout à fait quelconque. Quand on rentre dans ce "sanctuaire " on y est accueilli façon boîte de nuit. Musique, lumières criardes... Mais la vérité ne tarde pas à se faire jour. La visite dure 45 mn mais auparavant il y a 45 mn de dégustation GRATUITE ! Naïve que j'ai été ! Ce n'est pas par amour immodéré de l'industrie que les gens accourent mais uniquement pour se bourrer la g.... ! L'alcoolisme bon chic bon genre est érigé en art dans les pays anglophones et malheur à celui qui ne boit que de l'eau (dont je fais partie ) ! Il devient suspect. En attendant, le serveur place devant moi un "échantillon " de ce que je dois avaler en trois quarts d'heure. Il me dit qu'il viendra vérifier si j'ai bien fini tous mes verres. Oups... Je cherche tout autour de moi une plante verte salvatrice, mais non rien. Heureusement, quelques comparses, qui ont flairé la bonne affaire, vident mes "échantillons " à ma place. En plus, tout est à volonté. Si certains finissent par s'endormir, d'autres continuent de vider verre sur verre. Quand enfin arrive l'heure de la visite proprement dite, je me dis que les rangs vont s'éclaircir. Que nenni. Bigre, nos amis d'outre Atlantique tiennent l'alcool. Et c'est dans l'euphorie la plus totale que nous arpentons les couloirs de la brasserie. Je ne suis pas sûre que toutes les explications ont été assimilées, vu la face rougeaude de mes compagnons et leurs rires inappropriés. Je dois être la seule à marcher droit....

A la sortie, tout le monde reprend sa voiture comme si de rien n'était. Et là, les questions affluent: Comment ? Pas de gendarmerie ? Pas d'éthylotest ? Pas de carnets à souche ? En un instant, tout le monde s'est éparpillé, me laissant seule face à mes interrogations.

En effet, dans le pays le plus surveillé au monde, comment peut on laisser des jeunes reprendre le volant dans ces conditions ? Et puis je me suis souvenu de cet adage : du "pain et des jeux". Ici, ce serait plutôt de l'alcool et des armes. La sacro sainte liberté américaine dont on nous rebat les oreilles existe t'elle vraiment ?

Mon gendre travaille 18 heures par jour, peine à vivre et à rembourser ses prêts étudiants (120 000 $), zéro congé payé et pas de couverture sociale. Que lui reste t-il pour s'évader un peu ? Loin de moi l'idée de le traiter d'alcoolique, mais en discutant avec les amis de son âge, j'ai été bouleversée et choquée. Dans les années 70, le gouvernement américain, pour museler les révoltes étudiantes contre la guerre du Vietnam, a rendu les études payantes. C'est le moins que l'on puisse dire. Minimum 30 000 $ l'année, remboursables dès le premier jour de travail salarié. Et gare à celui qui ne fait pas face à ses échéances, c'est la prison assurée. Et pour en sortir, il faut payer une caution. Bref, on tourne en rond et aucun risque de révolte. Sans compter les doses massives de fluor -capables d'enrayer tout sursaut de conscience- contenues dans l'eau du robinet. Soit disant pour la santé dentaire...

Souvent, les gens ont deux ou trois boulots pour juste survivre. Le rêve américain.... Et le seul plaisir qui reste c'est la consommation ! Et pour consommer, il faut bien sûr s'endetter, ou plutôt s'endetter encore plus ! Certains nous ont confié qu'ils n'auront sans doute jamais d'enfants (trop cher à élever ) et ne seront, certainement, jamais propriétaires. Quel est donc la nature de ce monde qui ne donne aucun espoir à ses descendants et dont la seule valeur est celle de l'argent ? Argent dette, argent virtuel, argent poubelle mais véritable asservissement.

Cependant, je ne peux m'empêcher de penser à la phrase d'Albert Camus : "Je me révolte, nous existons."

Chez les Américains que nous fréquentons, il y a un frémissement : moins de consommation, une nourriture plus saine et biologique, la mise en place de potagers au lieu de pelouses, plus de récupération et moins de gaspillage. Le monde sera sauvé par les humbles. Et les humbles, c'est nous !

LAGUNITAS, première et deuxième partie de la visite.LAGUNITAS, première et deuxième partie de la visite.
LAGUNITAS, première et deuxième partie de la visite.LAGUNITAS, première et deuxième partie de la visite.
LAGUNITAS, première et deuxième partie de la visite.LAGUNITAS, première et deuxième partie de la visite.

LAGUNITAS, première et deuxième partie de la visite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cathd'oche 03/09/2015 08:13

Idem, heureuse de pouvoir te lire à nouveau. Tout d'bon. biz

Laurent 01/09/2015 20:54

Heureux de te retrouver sur le blog

Danielle 01/09/2015 09:28

Coucou Héléna, c'est toujours un plaisir de te retrouver. Merci pour ton témoignage qui décrit une sombre réalité mais aussi un formidable espoir. Merveilleuse journée ..à tous.

france 01/09/2015 08:06

Enfin te revoilà, tu nous a bien manqué !

Helena 31/08/2015 22:30

Merci les amis et contente de vous retrouver après un été difficile quasi surréaliste...

Jean - Claude 31/08/2015 22:24

Merci Helena pour ton témoignage. Bonne soirée et Bien à toi. ....

Kathleen 31/08/2015 22:08

Merci pour ce témoignage qui reflète une triste réalité américaine. Nous avons la chance en France d'avoir une certaine forme de sécurité . Soyons en conscients... Contente de te retrouver
De bien belles pensées

Kemosabe 31/08/2015 22:02

Enfin de retour Helena ! Magnifique et instructif, merci de tout coeur !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents