Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


ÊTRE

Publié par Helena Myrafiori sur 27 Mars 2015, 14:54pm

ÊTRE

Il était une fois un perroquet qui avait un don particulier. Il ne se contentait pas d’imiter la voix humaine mais donnait des conseils si avertis et avisés qu’une foule, venue même de très loin, le sollicitait à tout bout de champ.

Son art était prodigieux et concernait tous les domaines de la vie : les problèmes du quotidien, les remèdes aux maladies mais aussi le mouvement des astres, la physique quantique, l’histoire de l’humanité et bien d‘autres mystères encore. On peut l’affirmer sans crainte, il possédait la connaissance universelle. Il était honoré tel un dieu, lui le petit perroquet qui dormait dans une cage et ne s’envolait jamais vers les Cieux. Ses réponses étaient si surprenantes, qu’il faisait l’admiration de toute une troupe d’adorateurs qui le couvraient d’offrandes et de présents royaux. Ce dont l’animal se moquait éperdument, l’important pour lui étant de vivre l’instant présent.

Or, voilà qu’un jour, une jeune enfant vint solliciter ses lumières. Le perroquet la regarda s’avancer vers lui de son oeil rond et brillant. Tout de suite, il sentit en elle une énergie particulière, indéfinissable et inconnue de lui.

Elle ouvrit la bouche et posa une seule question : « Quel est ton nom ? ».

Le volatile resta confondu : jamais, oh ! Grand jamais ! On ne le lui avait demandé ! Réalisant son ignorance, il ne put ouvrir le bec et demeura muet. Il venait, à l’instant, de comprendre que toute sa vie, il avait été abusé : si les gens quémandaient une parcelle de son savoir et le gratifiaient de cadeaux somptueux, ce que lui était, en vérité, ils ne s‘en souciaient guère. Leur intérêt prévalait sur le sien et il était devenu une prolifique machine à débiter des sentences et des paroles.

Contre toute attente, voilà que le malheureux se mit à pleurer. Il venait de prendre conscience que le savoir demeure sec et stérile s’il n’est pas au service du coeur. Et ce qu’il avait pris pour de l’amour n’était qu’une vaine adoration. Ce fut une épreuve salutaire pour le perroquet, car à partir de ce jour, il apprit à exister. Et ce, grâce à une jeune enfant qui, au final, n’avait jamais eu sa réponse. Mais la désirait-elle vraiment ou était-elle juste venue l’éveiller ?

COMMENTAIRE

Au final, ce conte pourrait s'adresser à chacun d'entre nous. En effet, le chemin qui mène au véritable Soi est un exercice ardu, qui peur durer toute une vie. Souvent, on se contente "d'imiter" un modèle existant, mais sommes nous vraiment nous même ? Seule une salutaire prise de conscience pourra nous le dire...

PISTE DE REFLEXION

Quel est le symbole du perroquet ? Qui est cette jeune enfant ? Quelle est la différence entre savoir et connaissance ?

NORD VIETNAM (Photo de l'auteure).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Helena 27/03/2015 19:45

Merci Elodie pour cette analyse très fine et très enrichissante. De quoi réfléchir ! Quant à toi Dominique, je ne peux que te remercier. En effet, c'est bien ce que je ressens souvent, n'être qu'un perroquet ou un singe savant, lol... Et c'est vrai que, parfois, face à la lourdeur de ma tâche, je me suis sentie bien transparente, et mon ego en a pris un sacré coup ! Être au service de plus grand que soi, est un véritable sacerdoce. Ceci dit, je ne me plains pas car j'ai rencontré sur mon chemin, de bien belles personnes...

dominique 27/03/2015 17:57

et bien moi, plus j'avançais dans la lecture de ce compte et plus je pensais à toi Hélène. J'ai même imaginé qu'il avait pu t'être conté par les guides ... Combien sommes nous nombreux à venir près de toi pour y quérir des réponses à nos questionnements ??? oh combien somme nous nombreux à te "vénérer" au travers de ce talent qui t'es donné !! (c'est tellement plus facile de venir chercher des réponses toutes faites !) oh combien sûrement nous sommes nombreux à oublier de te demander ton NOM !

Elodie 27/03/2015 17:21

Bonjour et Merci Helena pour ce très beau conte qui "remet les idées en place".

Il est vrai qu'on a l'habitude de prêter au perroquet la caractéristique de répéter ce que dit l'homme.
On l'admire même beaucoup pour cela !
On l'admire, certes, mais qu'admirons-nous là au juste ?
N'est-ce pas notre mental et/ou notre ego que nous acclamons et réclamons dans l'écho et le parfait reflet de ce splendide oiseau ?

L'adoration des humains pour le perroquet est bien souvent plus "superficiel" que profond ou essentiel...
Les humains de ce conte ne recherchent pas en lui l'essentiel (l'essence-ciel), sa spécificité, sa particularité, ils ne recherchent pas ce qu'il est vraiment, ils se cherchent eux-mêmes !

Il est en ce sens leur reflet, le reflet de l'illusion humaine.
Celle qui pousse l'humain à chercher à l'extérieur ce qui se trouve, de toute évidence, en réalité, à l'intérieur...

C'est bien cela, les humains venus rencontrer le perroquet sont venus, en réalité, se rencontrer eux-mêmes ; ils venaient dans une attente particulière : qu'on leur "mâche le travail" et leur donne réponse à leur propres interrogations au lieu d'aller chercher au fond d'eux !

La petite fille au coeur innocent, pur et parfaitement AIMANT, quant à elle, est vraiment venue rencontrer le perroquet. Elle n'avait d'autre question/interrogation que de vouloir LE connaître, le découvrir, comprendre et partager ce qu'il était.

Elle avait, sans autre intention particulière, simplement envie de PARTAGER un bon, doux et juste moment EN PRESENCE de ce bel ami.

Bien souvent l'humain croit savoir à qui s'adresser pour trouver réponse à ses questions ; mais les vraies questions essentielles, celles qui font vraiment avancer l'humain dans son cheminement intérieur et spirituel vont bien au-delà des mots.

Cela ne se trouve ni dans les livres, ni ailleurs, ni chez quelqu'un d'autre ; cela se trouve en soi !
Cela se (re)contacte, cela surgit, cela jaillit et cela (re)vit en soi à n'importe quel moment, dans le PRESENT, dans le silence calme, pur et sincère de ce qui demeure toujours là en nous, depuis le premier jour.

Il n'y a de plus grand sage que nous-mêmes, dans ce que nous vivons, dans ce que nous expérimentons, dans ce que nous sommes profondément, essentiellement, à chaque instant, sans nous mentir, sans nous voiler la face, sans aller chercher à l'extérieur ce qui, déjà, résonne parfaitement et depuis toujours à l'intérieur de nous !
Là demeure vraiment la différence entre le savoir et la connaissance !
L'un se cherche à l'extérieur, l'autre se trouve toujours là, à notre disposition, à l'intérieur de soi !

Très belle et lumineuse soirée à toutes et tous !

Helena 27/03/2015 16:15

La connaissance vient du coeur (c'est pour cette raison que le perroquet pleure) et de notre expérience de vie. Le savoir vient de nos lectures, recherches, etc. et nourrit la tête. Le perroquet représentait autrefois Horus, fils d'Osiris et Isis.
Merci pour vos commentaires toujours judicieux ! Bonnes fêtes de Pâques !

france 27/03/2015 16:09

dans la chrétienté, le perroquet est symbole de pureté et d'innocence. C'est aussi le symbole de la conception de l'enfant. A quelques jours de l'annonciation... Je vous salue marie pleine de grâce que l'on répète comme une litanie. L'enfant, ne serait elle pas celle qui était en nous. Nos rêves, nos espoirs ?
Le savoir et connaissance ? sapere et cognoscere... Il y a l'initié par exemple à la sagesse. La connaissance, c'est après de longues recherches, etudes..... peut être. Il faut que tu nous aides !

Kathleen 27/03/2015 15:14

Ce conte me fait penser à l'arcane XIII du tarot qui te demande de se nommer... la non nommée ... en effet savoir quel est notre nom c'est s'identifier à son image comme le demande la jeune enfant qui symbole l’innocence et l'enfant intérieur... La Connaissance est intérieure, le savoir est ce que l'on a appris... Nous avons encore du Chemin à parcourir... Merci au Perroquet qui d'habitude répète ce que l'homme dit... il peut être notre reflet en parole

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents