Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


LE SECRET

Publié par Helena Myrafiori sur 4 Octobre 2014, 04:04am

LE SECRET

Après le dur labeur de leur journée, de petits moines tibétains avaient droit à un peu de récréation. Aussi forts soient-ils dans les jeux de l’esprit et de la connaissance, au moment de jouer, ils redevenaient de simples enfants. Leur jeu favori était de faire s’envoler des cerfs-volants. Malheureusement, ils étaient malhabiles dans cet exercice et leur technique laissait à désirer, car à chaque tentative, les cerfs-volants retombaient avec fracas sur le sol. La voile parfois se déchirait, d’autres fois, la corde était trop courte ou parfois l’armature était trop lourde. Ces échecs répétés provoquaient beaucoup de disputes parmi eux.

Or, il advint qu’une jeune fille vint à passer dans la montagne. Elle était juste là pour surveiller son troupeau et en voyant les vaines espérances de cette troupe de moinillons, elle s’en amusa dans un premier temps, puis finit par les trouver stupides et exaspérants. N’y tenant plus, elle décida de remédier au problème et s’avançant vers eux avec témérité, emprunta un des cerfs-volants. Aussitôt, elle répara les dommages, équilibra la voilure et, tel un aigle majestueux, il décolla du sol et dessina d’amples arabesques au-dessus de la tête des enfants, interloqués.

« Comment as-tu fait ? déclarèrent-ils, en choeur. Après tout, tu n’es qu’une gardienne de bétail et tu ne connais rien aux mystères de la science ». Sans se démonter, la jeune fille rétorqua : « Je n’ai, certes, pas votre savoir mais j’ai souvent regardé la course des nuages, j’ai admiré sans cesse le vol des oiseaux et j’ai goûté infiniment la beauté du ciel. Ainsi, mes yeux se sont ouverts et j’ai compris qu’il ne fallait rien forcer mais laisser libre cours à la vie. C’est votre cerf-volant qui décidera de s’envoler et c’est lui qui guidera vos gestes. Si vous n’exercez plus votre seule volonté, vous serez toujours assurés de réussir. »

Caché derrière un petit mont, un maître avait tout entendu de cet échange. Il sourit intérieurement car il venait d’entendre des paroles justes et sages. Il espérait que les petits moines retiendraient la leçon et ce fut effectivement le cas. Quant à la jeune bergère, elle continua simplement de s’émerveiller car, là, réside le secret de la connaissance.

COMMENTAIRE

Ce conte a été donné à une personne qui devait apprendre à faire la distinction entre le savoir et la connaissance. Le savoir est une science et la connaissance est un art. La connaissance s'acquiert par le coeur ("l'émerveillement") et le savoir par la raison ("mystères de la science").

VIETNAM HCMC (Photo de l'auteure).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marianne 21/10/2014 21:39

Magnifique cours de sagesse qui me touche... Merci Hélèna !

Jean-Claude 05/10/2014 09:04

bonjour à tous,
nous avons le choix de nager à contre "courant du fleuve de la vie", ou se laisser porter par se "courant" avec toutefois la possibilité de s'y diriger.En observant la Nature on peut y voir ce "courant de la vie".

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents