Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


LA DESTINEE

Publié par Helena Myrafiori sur 12 Juillet 2014, 09:15am

LA DESTINEE

Autrefois, un esclave vivait au bord du Nil. Il n'était pas foncièrement malheureux, ne manquant ni de pain, ni d'eau, ni même d'un toit. Cependant, son cœur était empreint d'une profonde nostalgie. Il aurait aimé comprendre le sens de son existence. Mais la destinée d'un homme enchaîné peut-elle être autre, que celle de tailler et d'assembler des pierres ?

Le soir venu, il se rendait au bord du fleuve majestueux, comparant le cours de ses eaux généreuses avec sa propre vie. Nul ne pouvait dévier son lit, comme nul ne pouvait le libérer de sa condition.

Pourtant, un soir, alors qu'il admirait le soleil au couchant, voilà que son regard fut attiré par un objet insolite captif des tiges enchevêtrées des papyrus. Mu par une légitime curiosité, il s'avança avec prudence.

De faibles vagissements s'échappèrent d'un panier d'osier. L'homme songea que l'affaire allait se révéler plus délicate que prévu. Son intuition ne le trompa point, car, couché dans le berceau d'infortune, dormait un nouveau-né.

La première tentation de l'esclave fut de prendre le nourrisson dans ses bras pour le ramener dans sa demeure. Mais qu'avait-il à lui offrir sinon un destin misérable ? Et quel risque pour lui, si on l'accusait de rapt d'enfant ?

Alors, sans plus réfléchir, il dégagea la frêle embarcation des lianes qui l'emprisonnaient et la poussa loin, vers le milieu du fleuve. Il espérait, secrètement, que son geste mènerait ce petit inconnu, fragile et innocent, vers une famille accueillante, une mère aimante ou même une reine.

Et peut-être qu'un jour, cet enfant devenu homme, le libérerait à son tour, lui, l'esclave qui rêvait au bord du Nil.

COMMENTAIRE

Ce conte a été donné à une femme qui se lamentait de n'avoir su donner un sens à son existence. Elle pensait qu'elle n'avait rien fait d'utile ou d'exceptionnel. Mais, connait-on vraiment la portée de nos actes, aussi anodins soient-ils ? Cet esclave se doutait-il que son geste libérateur allait forger son propre destin, celui d'un homme, Moïse, et celui de tout un peuple ?

PISTE DE REFLEXION

Est-il possible de "dévier le cours du fleuve" et de "sortir de sa condition" ? Si oui, comment ?

MALAISIE (photo de l'auteure)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine Levionnois 14/07/2014 22:26

La foi bouleverse les montagnes!

Helena 13/07/2014 11:42

Qui est l'esclave au bord du Nil ? C'est nous ! Nous qui sommes à la recherche du toujours plus en oubliant nos devoirs d'évolution. Or, quand l'esclave rencontre au bord du fleuve de la vie son "soi en devenir" il aurait pu se contenter de l'enfermer à nouveau. Au contraire, il le libère. De ce fait, il va devenir un "Moïse" un initié. Il a donc prise sur son destin. Contrairement à la puissance divine, nous ne pouvons, par la parole, créer des objets matériels ou des être vivants physiques. Mais, par contre, nous sommes responsables de nos formulations, car, par nos pensées, nous interagissons avec l'ordre du monde. Nous pouvons donc "sortir de notre condition" et surtout "dévier le cours du fleuve".
Mais comment ? Ce n'est pas un hasard si le conte se passe en Egypte, patrie des traditions primordiales. Celles-ci enseignent que si nous sommes capables de déchiffrer les lois cachées de l'univers, nous avons possibilité d'influencer son cours.
Voilà ce que dévoile la mythologie égyptienne pour "dévier le cours du fleuve" : 1°) connaître les cycles de Vénus (Isis), 2°) être "rebelle" aux lois cosmiques tout comme Osiris, Moïse, Jésus, Hercule, Ulysse... Relisez les grands mythes fondateurs et vous saurez comment transformer la fatalité en destinée...

Helena 14/07/2014 12:13

Merci aussi à toi et beau dimanche ensoleillé.

Elodie 14/07/2014 12:07

Bon et bien je viens d'aller explorer un peu les mythes d'Isis et d'Osiris... Inutile de te dire, Helena, que cela tombe parfaitement pour moi et que ça vient compléter parfaitement encore, et de façon implacable, ce qui émerge depuis plusieurs jours avec force et évidence !
Mère protectrice des pharaons, déesse des morts,grande guérisseuse, légende des 7 scorpions, etc.
Je ne connaissais rien de tout cela !

Quel beau cadeau tu me livres là, Helena !
Merci du fond du Coeur, vraiment !

Pour ce qui est des paroles des Evangiles, je mesure la profondeur du message !
Merci encore !

Tu es vraiment précieuse dans ce que portes, apportes et livres au travers de ton blog mais pas seulement !

Immense Gratitude teintée d'Amour et de Reconnaissance profonde !

MERCI MERCI MERCI !

De tout Coeur avec toi... et avec vous tous...

Helena 14/07/2014 11:45

Merci Elodie ! Tes commentaires sont toujours très intéressants et au moins, tu oses les faire ! Pour ce qui est d'être rebelle, ne pas oublier que, dans les Evangiles, il est dit :"Dieu n'aime ni les mous ni les tièdes". Mous et tièdes dans l'expression de sa Foi mais aussi dans sa vie ! Donc acte...

Elodie 14/07/2014 00:05

Oups, c'était bien Elodie... E$ s'est immiscée là... étrange... héhéhé

E$ 14/07/2014 00:04

Wouaou ! Alors là, quel beau rappel à l'ordre !

héhéhé ! Je suis tombée en plein dans le panneau !

merci Helena pour cette lumière que tu nous apportes au travers de ton explication !
Ca remet les idées en place... et ça fait du bien !

Bises sincères de GRATITUDE !
Merci pour Tout !

A bientôt de te lire avec Plaisir et Joie !

Jean-Claude 13/07/2014 19:08

Merci pour ton explication qui nous donne du "pain sur la planche".

Bonne soirée.

Jean-Claude 13/07/2014 10:50

Bonjour à tous !

"Dévier le cours du fleuve" reviendrait à dévier le Cours de la Vie, ce qui me semble pas possible pour l'Homme.

Par contre changer sa condition me semble être possible, parfois il suffit simplement de changer son regard et ou prendre du recul ; extérieurement cela ne changera peut être rien mais intérieurement cela peut tout changer. Aussi comme vu dans le conte et dans ton explication Héléna une vie "simple" remplie de gestes simples, mais réfléchis, peuvent changer sa vie voir celle d'un certains nombre de personnes.
Voici mon ressenti.

Merci à toi encore, Héléna !

Jean-Claude

Elodie 13/07/2014 00:52

Bonsoir Helena !
Merci encore pour ce beau partage et ce conte généreux !

Je ne pense pas que l'on puisse dévier le cours du fleuve... bien sûr on peut toujours s'évertuer à faire bifurquer son chemin mais le cours du fleuve demeurera toujours le même... le fleuve ira toujours se jeter dans sa source, peu importe le temps que cela lui prendra, il y parviendra de toute façon, coûte que coûte, car c'est là son essence.

En revanche on peut choisir de vivre sa condition de deux façons différentes. On peut choisir de demeurer à la surface du fleuve et de se laisser porter, conduire, avec aisance, douceur et légèreté ; tout comme on peut choisir de suivre le cours du fleuve depuis ses profondeurs, d'une course plus lente, boueuse parfois, plus difficile, et plus lourde. Tout n'est qu'une question de point de Vue, d'angle de vision...
Soit l'on accepte de suivre pleinement et joyeusement le cours du fleuve, le cours de sa Vie, soit nous choisissons de nous laisser distraire et ralentir par nos mémoires et croyances que nous traînons jusque dans les profondeurs de nos eaux intérieures ; alors le chemin est plus laborieux et moins joyeux.

Pour ce qui est de la portée de nos actes, je crois que petit à petit il est possible d'élargir suffisamment son champ de vision, son Coeur aussi, pour nous permettre de perce-voir la véritable portée de ce que nous faisons et de ce que nous disons. Tout n'est qu'une question d'ouverture de Coeur et d'Esprit, d'attention et d'intention aussi...

Très très belle soirée à toi Helena et merci encore pour ces partages !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents