Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contes des HÉ-VEILLEURS

Contes des HÉ-VEILLEURS

Ces contes ne sont pas le fruit de mon imagination mais d'une connexion avec une Intelligence Supérieure appelée HÉ-VEILLEURS. Les personnes qui ont bénéficié de l'aide de ces entités, peuvent, désormais, mieux se connaître et connaître leur mission de vie. Ces messages sont uniques et individualisés. Cependant, ils ont aussi une portée universelle, voire prophétique. Leur sens est codé et ne se délivre qu'aux véritables cherchants. Quelques pistes de réflexion seront données pour vous aider à en percer tous les mystères. Vous pouvez aussi me contacter pour avoir votre propre légende personnelle. Cet échange vous permettra de vivre ce qu'il y a de plus précieux au monde : la liberté !


SEUL AU MONDE

Publié par Helena Myrafiori sur 12 Juin 2014, 14:14pm

SEUL AU MONDE

C'est l'histoire d'une infortune. Celle d'un oiseau qui, au moment de l'automne, voyait ses semblables migrer vers des cieux plus cléments. Ah ! Combien il rêvait de survoler les océans et de rejoindre le soleil en son zénith ! Malheureusement, à la place des ailes, il avait sur le dos, deux moignons qui le contraignaient à vivre parmi les fougères et à ne jamais voir la splendeur des horizons lointains.

Pourtant, malgré la dureté de sa condition jamais il ne se plaignait ou maudissait son sort. L'hiver venu, il trouvait refuge près des maisons où on lui donnait à foison, chaleur et réconfort.

Au printemps, ses compagnons revenaient et lui chantaient la beauté des mondes traversés : les mers immenses, les montagnes étincelantes, les prairies ondoyantes et les forêts sans fin. A ces images, son cœur bondissait de joie et pour cette raison, il ne s'émouvait jamais de sa triste destinée.

Or, voilà qu'un jour, un enfant vint à passer. Il avait, dans sa besace un lance pierres qui faisait sa fierté, puisqu'il l'avait fabriqué de ses propres mains. Le jeune garçon était habile, ingénieux, plein d'une sève nouvelle mais aucune de ces qualités n'était reconnue et de fait, il se retrouvait souvent seul.

Son exutoire était la nature toute entière et il aimait arpenter les routes de sa contrée, l'explorant dans ses moindres recoins. Au détour d'un chemin, il se retrouva nez à nez avec le malheureux volatile qui ne bougea pas plus qu'une pierre, et pour cause...

L'enfant sortit alors de son sac son arme redoutable, mais quelque chose dans l'attitude de l'animal retint son geste. Doucement, il se rapprocha et comprit aussitôt la raison de son immobilité. "Ah ! pensa t-il, que la vie a été cruelle avec toi mon pauvre ami ! Certes, je veux bien remporter une victoire dont tu seras le trophée, mais l'obtenir sur plus faible que moi, mon honneur en souffrirait !"

Soudainement, un phénomène étrange se passa. La rencontre de deux âmes sans doute, entre le fin chasseur et l'oiseau disgracié. Le jeune garçon, d'une voix émue, déclara :

"Je connais tes rêves, ce sont les miens. Jamais tu ne pourras m'aider à les réaliser. Par contre, moi, je peux faire quelque chose pour toi, Le veux-tu ?"

Sans attendre la réponse, l'enfant ouvrit sa besace et posa délicatement son nouvel ami à l'intérieur. Dans cet étrange équipage, ils commencèrent l'ascension d'un chêne séculaire. Arrivés dans la frondaison, l'oiseau, de son œil vif, parcourut toute l'immensité du panorama qui s'offrait à lui, pour la première fois. Ah ! Quelle merveilleuse récompense !

"Veux-tu aller encore plus haut ?" Et réjouis, les deux compagnons grimpèrent aussitôt une colline, qui surplombait toute une verte prairie piquée de fleurs.

"Encore plus haut ?" Et les deux compères se retrouvèrent au sommet d'une montagne escarpée, où brillaient des neiges éternelles. Ils retinrent leur souffle tant le spectacle était grandiose !

Mais soudain un prodige : un mouvement intempestif dans son dos alerta l'enfant. Il se retourna vivement et sortant du sac, un aigle immense, aux ailes largement déployées, apparut. L'oiseau majestueux regarda le soleil à l'horizon, tourna sa tête une dernière fois vers son ami retrouvé et disparut en poussant un cri d'allégresse.

Le cœur du garçon se serra, mais de joie. Son rêve venait lui aussi de se réaliser. La Lumière brillant désormais en lui, plus jamais il ne serait seul au monde.

COMMENTAIRE

Ce conte a été donné à un adolescent qui n'arrivait pas à exprimer ses désirs profonds et avait bien du mal à croire en lui. Ce message a agi sur lui comme une catharsis et il est devenu aujourd'hui un brillant artiste.

PISTE DE REFLEXION

Peut-on dire que l'oiseau et l'enfant ne forment qu'une seule et même entité ? Quel est, dans ce conte, le déclencheur de la réalisation du Soi ?

CHICAGO (photo de l'auteure)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christèle 25/06/2014 01:34

L'oiseau représente les rêves de l'enfant et les moignons sont le handicap, les zones d'ombres qui l'empêchent de prendre son envol. J'imagine que le déclencheur est lorsqu'il reconnait son "handicap", compatit et l'accepte (car il le prend dans son sac). La force et la réalisation, ici représentées par l'aigle et l'envergure de ses ailes déployées, sont le résultat de celui qui a su mettre de la lumière sur ses parts
d'ombre, de les voir et de les accepter. L'oiseau regardant le soleil à l'horizon montre la direction et présage un avenir libre et lumineux. Merci aux Hé-Veilleurs, merci à Hé-lena, c'est beau tout ça....

Hélène 16/06/2014 09:45

Magnifique ces contes, ils envolent le coeur.
MERCI

Kathleen 13/06/2014 08:59

Pour la première question la réponse est OUI.... L'Aigle, est le symbole d'une puissance. En ayant atteint le sommet, son propre sommet, l'oiseau a pu se réaliser Aigle... a pu découvrir sa puissance intérieure
Merveilleux conte. Merci

DAUM 13/06/2014 08:22

les déclencheurs sont l'empathie et la compassion, la délivrance en résulte, l'oiseau n'est en effet que le miroir de lui même. Amour de soi, amour du monde.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents